-Hommage à Abdourahmane Camara -

L’Et Dit Tôt d’O.N.G : Le Dirpub de Walf « descendu du travail » mérite de la Nation

0
76

Ce dimanche 15 décembre, aux aurores, presqu’un an jour pour jour après la disparition du fondateur Sidy Lamine Niass, cest le directeur de publication du quotidien du groupe , Walf Quotidien (L’Aurore), qui vient de « descendre du travail », comme le décès est évoqué en wolof  : Abdourahmane « Camou » Camara est parti.

Abdourahmane Camara, Ousmane SENE, Oustaz Assane Diouf, Ousseynou Gueye et  Jean Meïssa Diop sont ceux qui ont façonné Walf avec son fondateur Sidy.

Il y a trente ans  ces jeunes compagnons fraîchement sortis de leur formation en journalisme du CESTI, que sont Abdourahmane Camara, Ousseynou Guèye, et Tidiane Kassé, dans un contexte historique, où les programmes d’ajustement structurel empêchaient toute perspective d’emploi salarié dans les uniques organes de Presse publics d’alors qu’étaient la RTS et le Soleil, ont refusé le sort de « travailleurs de presse taillables et corvéables de « pigiste », ou l’immigration, qui leur était prophétisé comme sort, pour se regrouper et fonder leur propre organe de presse , « Walfadrji Hebdo » , inaugurant, commme l’ont fait d’autres jeunes autour de Babacar Touré, qui ont créé de leur côté « SUD-Hebdo », l’ère de « l’auto-entrepreneuriat» dans le monde de la presse au Sénégal.

Les valeurs d’audace et d’abnegation au travail qui donnent le « goût du risque », mais qui préservent de l’aventure et du fatalisme,  ont permis à cette fine équipe la transformation de l’organe de presse « Walf Hebdo », en « Walf quotidien », puis, en un puissant groupe de presse intégrant radio, télé, Internet et presse écrite qu’est le « Groupe Walf », qui, dans le secteur privé, fait figure de pionnier, avec le groupe SUD. Depuis lors  d’autres groupes de presse privée les ont dépassé en audience et en prospérité.  Mais Walf comme Sud restent des références   auxquelles on tient comme rempart de la démocratie et  garants d’une presse plurielle, même quand on ne les lit plus, ni ne les achète.

Avec le trépas d’Abdourahmane Camara, cest une bibliothèque, celle de Walf ou il faisait figure du dernier des Mohicans après les démissions d’Ousseynou Gueye (parti travailler dans les ONG), de Tidiane Kassé (parti fonder son propre titre) et de Jean Meissa Diop ( désormais membre expert du CNRA , le machin cornaqué par Babacar Diagne ex RTS qui se fait fort de bientôt décréter qui aura le droit d’être journaliste ou pas dans ce pays – vaste programme ! – dès l’hypothetique vote par les députés du fameusement évanescent Code de la presse), cest une bibliothèque qui brûle.  Autour de son feu crépitant , beaucoup de jeunes et moins jeunes confrères se souviendront que Camara leur a tenu la main pour écrire leurs premiers papiers dans une forme qui soit acceptable pour publication.

 

Ousseynou Nar Gueye, Fondateur de Tract

(Avec Cheikh Tidiane Coly, Directeur de publication de Tract.sn)

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Suivez et aimez-nous: