Livre : l’ex ministre Macky encore traumatisé par l’autoritarisme de son Premier Ministre Idy

0
21
Senegalese opponents to President Abdoulaye Wade's bid for a third term, Cheikh Tidjane Gadio (C), presidential candidates Idrissa Seck Ousmane (L) and Macky Sall (R), attend on February 5, 2012 during a protest on Obelisk Square in Dakar. Hundreds of Senegalese opponents to Wade's bid gathered, hoping to energize their protest movement as the election campaign officially kicked off. The rally brought together eight of the 13 opposition candidates challenging Wade in the February 26 election. On January 27, Senegal's constitutional council cleared the 85-year-old incumbent's bid for a third mandate but rejected the candidacy of Ndour. AFP PHOTO / SEYLLOU (Photo credit should read SEYLLOU/AFP/Getty Images)

Le Président sortant Macky Sall a profité de son nouvel ouvrage intitulé « Le Sénégal au cœur » pour solder ses comptes avec Idrissa Seck. Il dénonce l’autoritarisme de celui qui était, à l’époque, son patron en tant que Premier ministre. Extrait :

«En novembre 2002, Idrissa Seck est nommé Premier ministre,  je suis le numéro deux du gouvernement. Etre ministre n’est pas seulement un titre ; il faut aussi savoir faire entendre sa voix, pas pour faire les titres de la presse mais pour affirmer ses convictions.  C’est difficile de dire non à un homme de son bord politique, de s’opposer au sein de sa propre majorité. Or Idrissa Seck est un homme à tendance autoritaire. Il y a des Premiers ministres plus ronds, plus consensuel ; Idrissa Seck est tranchant, il ne demande pas, il ordonne (…)

Au cours des premiers mois à son poste, Idrissa laisse percer des traits de caractère qui rendent le travail avec lui extrêmement difficile : arrogance, certitude d’avoir raison, autoritarisme… Je crois que, pour gouverner, il ne suffit pas de taper du poing sur la table et de dire d’une voix cassante : ‘c’est comme ça et c’est tout, j’ai décidé !’»

Suivez et aimez-nous: