Poker menteur : Ouattara n’avouera qu’en 2020 qu’il ne brigue pas un troisième mandat

0
40

‘Le roi (sortant) est mort, vive le (nouveau) roi!’. Comme tous les monarques républicains élus que nous donnent nos Constitutions gaulliennes, le président ivoirien Ouatarra est bien conscient de cet adage implacable, alors que son RHDP organisait ce samedi son premier congrès ordinaire. Lors de cet événement consacrant la naissance du parti unifié, Alassane Ouattara a évoqué la possibilité de briguer un 3e mandat en 2020 et annoncé qu’il « donnerait sa décision l’année prochaine ». Naturellement, Ouatta ne sera pas candidat en 2020. Mais c’est bien le moins qu’il pouvait dire, pour encore espérer tenir ses dauphins qui piaffent dans les startings – blocks à l’idée de se lancer dans la course à la présidentielle de 2020.

Alassane Dramane Ouattara (ADO) sera-t-il candidat à l’élection présidentielle d’octobre 2020 ? La question agite la scène politique ivoirienne depuis plusieurs semaines. En juin 2018, le chef de l’État déclarait dans une interview à Jeune Afrique qu’il prendrait sa décision en 2020.  « Vous m’avez dit que vous vouliez que je fasse un troisième mandat. Je vous donnerai ma réponse l’année prochaine », a-t-il déclaré samedi 26 janvier, lors du congrès ordinaire du Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP) qu’il préside, sans dire s’il l’avait désormais prise. Parole de normand pour secret de Polichinelle bien éventé : Ouatta n’a ni la santé, ni l’envie de refaire un mandat aprs ce deuxième bail qui se termine en 2020. Mais il lui faut éviter de plonger le pays dans l’effervescence d’une campagne électorale avant l’heure. Dès que Ouattara aura officialisé, comme il devrait bien finir par le faire, qu’il n’est pas candidat à 2020, les ambitions se dévoileront au grand jour. Y compris au sein de majorité, avec un gouvernement ivoirien qui sera alors contraint de se limiter à expédier les affaires courantes pour ce qui sera une pérode de deux années blanches au plan des réformes.

Hamed Bakayoko, Guillaume Soro, Thierry Tanoh, et même, pourquoi pas, Tidiane Thiam? Dans la génération des quinquas, les dents sont aiguisées pour le fauteuil présidentiel. Et tous ces prétendants veulent éviter plus que tout un remake de la présidentielle de 2010 en 2020 entre les plus que septuagénaires habituels, avec les éternels éléphants toujours de retour que sont Ouattara, Bédié (auto-exclu du RHDP) et Gbagbo (que ce soit Simone libre ou Laurent bientôt élargi des geôles de la CPI qui l’a acquitté).

« Tout le monde pourra être candidat » en 2020

ADO a précisé que le RHDP désignera son candidat en 2020. « Tout le monde pourra être candidat. Même ceux qui sont absents » au congrès, a-t-il déclaré, chemise blanche et chapeau beige sur la tête. S’adressait-il à Guillaume Soro ? Comme prévu, le président de l’Assemblée nationale a brillé par son absence. En tout cas, Ouattara dit ici une chose et son contraire : si tout le monde peut être candidat, c’est bien parce que Ouattara ne sera pas, lui, candidat.

Soro, qui avait annoncé, début janvier, au chef de l’État son intention de bouder l’événement, a réaffirmé sa position jeudi 24 janvier en début de soirée lors d’un nouveau tête-à-tête à la résidence du président de la République. En déplacement jusqu’au 20 février, Soro a délégué son pouvoir de président de l’Assemblée nationale à l’un de ses vice-présidents. Sa démission de celle-ci devrait intervenir dans les prochaines semaines.

L’événement était organisé au stade Félix Houphouët-Boigny d’Abidjan devant plus de 50 000 personnes. En fin de matinée, il y avait fait une entrée remarquée effectuant un tour d’honneur dans une ambiance surchauffée.

Comment sera composé le RHDP ?

Il s’est ensuite exprimé pendant près d’une heure.Un discours mobilisateur et offensif à l’égard de ses adversaires politiques. « J’ai souffert, ma famille a souffert. J’ai tout pardonné, mais je veux qu’on se souvienne qu’il y a eu des moments de honte à cause de certaines personnes », a notamment déclaré le chef de l’État, entouré pour l’occasion de son épouse Dominique et de son frère Téné Birahima Ouattara, d’habitude si discret. Des propos qui visaient sans doute les anciens présidents Henri Konan Bédié et Laurent Gbagbo.

Ce premier congrès ordinaire du RHDP marquait la création effective du parti unifié tant souhaité par ADO. Ses structures seront finalisées avant la fin du 1er semestre de cette année. Mais sa composition définitive est loin des espérances du chef de l’État, tant il ressemble à un RDR bis (Rassemblement des républicains). Depuis le refus du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI, ancien parti unique fondé par Houphouët) d’intégrer le RHDP, l’UDPCI du ministre Albert Toikeusse Mabri est la seule force politique d’envergure à accompagner le RDR.

Daniel Kablan Duncan, Patrick Achi, Jean-Claude Kouassi, Alain-Richard Donwahi, Kobenan Kouassi Adjoumani ou encore Lenissongui Coulibaly étaient présents

Plusieurs cadres du PDCI, en désaccord avec la décision de leur parti, étaient néanmoins présents ce samedi. Le vice-président Daniel Kablan Duncan, le secrétaire général de la présidence Patrick Achi, les ministres Jean-Claude Kouassi, Alain-Richard Donwahi et Kobenan Kouassi Adjoumani, ou encore Lenissongui Coulibaly. L’ancien directeur de cabinet de Henri Konan Bédié a même lu une motion d’hommage au président Ouattara. En revanche, le président du Sénat et celui du Conseil économique et social, Jeannot Ahoussou-Kouadio et Charles Diby Koffi, étaient absents.

Annonce de Bédié depuis Daoukro

ADO n’a pas mentionné une seule fois le nom de son ancien allié mais le Sphinx de Daoukro a sans doute eu les oreilles qui ont sifflé tant les allusions à sa personne ou ses actes ont été nombreuses. « Les fiançailles doivent aboutir à un mariage. Ce n’est pas bien de profiter des fiançailles et de partir avant le mariage », a déclaré Ouattara, en référence à son ancienne alliance avec le PDCI.

Recevant le même jour dans son village de Daoukro, Bédié n’a pas manqué de lui envoyer une pique. « Au moment où nos adversaires du RHDP unifié se réunissent avec pour bagages de l’huile, du riz, des chiffons et du pain, sans lesquels ils ne pourront faire du nombre. Ici à Daoukro, rien de tout ce folklore », a lancé le président du PDCI.

Tract (avec J.A)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Suivez et aimez-nous: