Un talibé battu à mort: un imam et deux oustaz déférés au parquet

0
69

[Tract] Deux Oustaz et un imam ont été déférés au parquet hier, selon le journal L’AS parcouru par Tract. Oustaz Abdourahmane Diallo, Oustaz Seydou Ndiaye et imam Lena Dieng ont été arrêtés puis déférés par la brigade de recherche de la gendarmerie de Saly auprès du procureur du tribunal de grande instance de Mbour, pour avoir battu à mort un de leurs talibés.

Al Ansar”, un internat situé dans la commune de Malicounda, risquent gros. Abdourahmane Diallo, Seydou Ndiaye et Lena Dieng respectivement deux oustaz et un imam, ont été déférés au parquet hier par la brigade de recherche de la gendarmerie de Saly.

En effet, le 24 du mois de novembre passé, le talibé du nom de C N Dieng a été amené au daara par son père. Deux jours plus tard, l’enfant a fugué et est retourné chez lui à Joal.

Son père qui voulait que son fils maîtrise le Coran le ramena à l’internat avant de repartir à Joal. C’est ainsi que les maîtres coraniques, qui étaient très remontés contre le jeune P N Dieng, ont décidé de le corriger devant ses camarades pour qu’il cela serve d’exemple à ceux qui seraient tentés de faire comme le jeune fugitif. Devant la mosquée du daara, ils ont ligoté le jeune et l’ont tabassé avec des câbles électriques.

Finalement l’adolescent, blessé par ses bourreaux, va succomber. Constatant que l’enfant était inerte, ils appellent le père qui illico presto rebrousse chemin et arrive au daara sis dans la commune de Malicounda.

Dans la nuit, ils (les bourreaux) ont voulu convaincre le père pour que l’enfant soit inhumé à cette heure tardive. Le vieux Dieng, convaincu dans un premier temps par les responsables du daara que son fils a subi une chute fatale, va tout de même demander que son fils soit enterré après le lever du jour. Mais lors de la toilette mortuaire, le pater constate des traces de violence assez graves.

Ainsi, le vieux Dieng s’oppose à son inhumation et fait appel à la brigade de recherche qui, sur le champ, entre en action. Le corps sans vie sera transporté à l’hôpital départemental de grand Mbour pour les besoins d’une autopsie qui a permis au médecin légiste de confirmer que l’adolescent a succombé après avoir subi des sévices corporels.

Forts de ce constat, les pandores ouvrent une enquête. Dans un premier temps, les responsables vont nier les faits. Mais après avoir été cuisinés par les hommes en bleu, ils ont fini par avouer leur forfait. Après la durée de la garde à vue légale, Oustaz Abdourahmane Diallo, Oustaz Seydou Ndiaye et Imam Lena Dieng, termine L’AS, ont été déférés auprès du procureur du tribunal de grande instance de Mbour qui va sceller leur sort.

Tract