La junte malienne dribble les négociateurs CEDEAO, seul accord : IBK définitivement out

0
314

Tract, avec AFP – La junte au pouvoir depuis une semaine au Mali et les émissaires ouest-africains de la CEDEAO se sont séparés ce lundi soir, après trois jours de négociations, sans accord sur les conditions d’un transfert du pouvoir aux civils, ont indiqué les deux parties. Selon les négociateurs, le président renversé Ibrahim Boubacar Keïta ne veut pas revenir au pouvoir. La junte indique que l’ex-président IBK sera plus libre de ses mouvements très rapidement. Les militaires déclarent aussi que tout accord sur la transition se fera « entre Maliens ». En d’autres termes, en politiciens madrés qu’on ne les soupçonnait pas d’être, les putschistes maliens ont obtenu une reconnaissance de facto de la CEDEAO qui leur a parlé d’égal à égal, ont pris en otage cette même CEDEAO pour montrer à leurs compatriotes maliens que le putsch était fait pour le peuple et en son nom, et ont enfin obtenu la mise hors jeu définitive de l’ex-président IBK.

Aussi bien la Cédéao que la junte au pouvoir ont séparément signifié qu’un rétablissement d’Ibrahim Boubacar Keïta dans ses fonctions n’était plus à l’ordre du jour, le chef de l’Etat renversé par les militaires le 18 août ayant dit aux émissaires ne plus vouloir gouverner.

Le rétablissement de M. Keïta était une exigence initiale de la Communauté des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao).

L’organisation régionale, inquiète des conséquences du putsch dans un pays en proie depuis des années à une profonde crise sécuritaire, économique et politique, a dépêché une délégation de haut niveau au Mali pour obtenir un « retour immédiat à l’ordre constitutionnel ».

Depuis samedi, les militaires et la mission conduite par l’ancien président nigérian Goodluck Jonathan ont échangé leurs points de vue sur la « transition » promise par la junte, a dit à la presse le porte-parole de cette dernière, le colonel Ismaël Wagué.

« Il y a eu des discussions de part et d’autre, sachant qu’à ce stade rien n’est arrêté, rien n’est décidé et que nous, à notre niveau, l’architecture finale de la transition sera discutée et définie entre nous », a-t-il expliqué. « A aucun moment, nous n’avons parlé de gouvernement à majorité militaire (…).

Toutes décisions relatives à la taille de la transition, au président de transition, à la formation de gouvernement se fera entres maliens, avec les partis politiques, groupes sociaux politiques, syndicats, groupes signataires et société civile, conformément à notre première déclaration », a ajouté le colonel Ismaël Wagué.

« Nous nous sommes entendus sur un certain nombre de sujets, mais il y a certains sujets sur lesquels nous ne nous sommes pas entendus« , a de son côté déclaré Goodluck Jonathan.

« A aucun moment, on n’a parlé de gouvernement à majorité militaire »

Les militaires, confrontés à des protestations sur les réseaux sociaux contre la teneur rapportée de ces pourparlers alors qu’ils avaient été plutôt épargnés jusqu’alors par leurs compatriotes, se sont empressés d’assurer que « rien (n’était) décidé », quelques instants avant de s’asseoir face à la délégation de haut niveau dépêchée par la Communauté des Etats ouest-africains (Cédéao).

Des sources au sein de la mission ouest-africaine ont prêté aux militaires le projet d’une transition de trois ans, dirigée par un des leurs qui assumerait les fonctions de chef d’Etat. Dans leur esprit, selon ces sources, un gouvernement composé de militaires et de civils serait mis en place.

Une position bien éloignée du délai « raisonnable » dans lequel la junte promettait des élections générales le soir du coup d’Etat du 18 août. Eloignée aussi de l’exigence de « retour immédiat à l’ordre constitutionnel » qui est celle de la Cédéao, vivement préoccupée par l’effet produit par le putsch dans un pays en proie depuis des années à une grave crise sécuritaire, économique et politique.

« Je tiens à préciser qu’à ce stade des discussions avec l’équipe de médiation de la Cédéao, rien n’est décidé », a déclaré avec fermeté le colonel Ismaël Wagué, porte-parole des militaires réunis autour du nouvel homme fort, le colonel Assimi Goïta.

« A aucun moment, on n’a parlé de gouvernement à majorité militaire », a-t-il dit. « Toute décision relative à la taille de la transition, au président de transition, à la formation du gouvernement, se fera entre Maliens » et donnera lieu à une « consultation massive », a-t-il assuré aux journalistes rassemblés devant le ministère de la Défense où devaient reprendre les pourparlers.

Nouveau sommet

Un des membres de la délégation ouest-africaine, Jean-Claude Kassi Brou, président de la Commission de la Cédéao, a exprimé dimanche l’espoir de finaliser les discussions d’ici à ce lundi. Il a noté la « volonté de vraiment aller de l’avant » des militaires.

La délégation rappelle en même temps que la Cédéao dispose de moyens coercitifs. Les chefs d’Etat de l’organisation, déjà réunis en sommet extraordinaire virtuel jeudi, doivent se concerter à nouveau ce mercredi 26 août et auront à décider, en fonction des résultats obtenus à Bamako, de renforcer ou d’alléger les mesures prises à la suite du coup d’Etat.

La Cédéao a déjà décidé la fermeture des frontières de ses Etats membres avec le Mali. Le pays, confronté à un profond marasme, à une crise humanitaire et à la défaillance de l’Etat, en plus de la propagation du djihadisme et des violences intercommunautaires, n’a pas besoin de telles sanctions.

En mars 2012, un précédent coup d’Etat, mené par des officiers contre un pouvoir politique accusé d’inaptitude face à de récentes rébellions touareg et djihadistes, avait précipité la déroute de l’armée et une descente aux enfers qui continue aujourd’hui, malgré le soutien d’une communauté internationale inquiète et le déploiement de forces onusiennes, françaises et africaines.

La violence a depuis gagné le centre du Mali et les pays voisins.

La junte avait fini à l’époque par céder à la pression internationale et à transférer le pouvoir à des autorités civiles intérimaires. Ibrahim Boubacar Keïta avait été élu président en août 2013 et réélu en 2018.

Le sort d’Ibrahim Boubacar Keïta

Le président évincé Keïta, tenu pour responsable des maux de son pays, faisait face depuis avril à une forte contestation menée dans la rue par une coalition hétéroclite. Ce sont finalement les militaires qui l’ont renversé.

Autre exigence initiale des voisins du Mali, le rétablissement de M. Keïta dans ses fonctions paraît désormais hors de propos.

Son sort semble être l’un des sujets sur lesquels, selon l’ancien président nigérian Goodluck Jonathan à la tête de la mission ouest-africaine, cette dernière et la junte ont rapproché les points de vue dimanche.

La junte qui détient le dirigeant de 75 ans a accepté qu’il rentre chez lui et le cas échéant qu’il quitte le pays pour des soins médicaux, a indiqué une source au sein de la délégation ouest-africaine.

Rien n’indiquait que M. Keïta, en bonne santé selon la délégation qui a pu le voir samedi, était retourné chez lui lundi.

Tract

Suivez et aimez-nous:
fb-share-icon0
Tweet 20