[An 1] Une « Fondation Pape Diouf » bientôt, avec les dotations de François Hollande, Akhenaton, Soprano, Didier Drogba, William Gallas…

0
8

Tract – La famille et les proches de l’ancien président de l’OM Pape Diouf, disparu le 31 mars 2020, vont réaliser un des projets qui lui tenaient à coeur, indique le journal sportif L’Équipe, lu par Tract.

Une visite sur sa tombe à Dakar, une émission spéciale à Marseille et le lancement de sa fondation. Un an après la disparition de l’ancien président de l’OM (2005-2009), à l’âge de 68 ans, l’entourage de Pape Diouf a effectué mercredi dernier  des hommage de différentes façons. Des proches comme les agents Étienne Mendy et Thierno Seydi ou le directeur général de l’OGC Nice Julien Fournier ont fleuri sa sépulture au Sénégal quand d’autres, comme les anciens journalistes Yann Pécheral, Alexandre Faure et la communicante Nathalie Paoli, animaient une soirée spéciale entre 19 et 21 heures sur le site de nos confrères de la Provence, avec de nombreux témoignages vidéo de joueurs anciens ou actuels et la voix de Diouf, extraite d’anciens entretiens inédits. Surtout, un fonds de dotation va voir le jour, soutenu par des personnalités de tous horizons : François Hollande, Akhenaton, Soprano, Steve Mandanda, Didier Drogba, William Gallas et bien d’autres.

 

Pour Marcel Desailly, un des fidèles de Diouf, « la fondation était une évidence : il fallait pérenniser la mémoire et les actions que Pape a pu mener dans l’éducation, le journalisme, le caritatif, le football… Il avait une vision, on va oeuvrer pour elle, on va donner de l’énergie aux vivants, on a le palpitant qui tape ! » Le colosse sourit à l’évocation de son mentor, qui l’a abordé en 1986, lors d’un jubilé, alors qu’il n’avait que 18 ans et débutait au FC Nantes : « Il avait une disponibilité naturelle pour tout le monde, le verbe, les mots pour tous. Chacun a pris un petit bout de Pape, chacun pense que Pape lui appartient. Je me rappelle les nuits blanches qu’on passait à échafauder des stratégies, il m’expliquait les challenges qu’il aimait relever comme agent, père, dirigeant de club. Il lisait beaucoup, il dormait peu. C’était une force de la nature, et pourtant je ne le voyais pas aller à la gym régulièrement ! Il me donnait de l’énergie, de la sérénité, car il s’énervait rarement, et même cela, il le faisait avec classe ! »

À la baguette aussi, sa veuve Oumy Diouf. Elle confie : « La création d’une fondation dédiée à la citoyenneté est un projet qui animait Pape depuis 2014. Au sortir de la campagne pour l’élection municipale à Marseille, il avait même créé une association dans ce sens, première étape vers une Fondation. Elle financera des projets qui contribuent à l’égalité, qui favorisent la transmission et la progression, qui servent les jeunes, et notamment ceux des quartiers les plus sensibles. À Marseille, Dakar, mais pas seulement.

Tract

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici