« Présidents des riches (étrangers) » ? Les clones Macky Sall et Sarkozy, uniques chefs d’Etat ayant été « universitaires estivants » actifs du MEDEF patronal français

0
1409

Le président sénégalais Macky Sall interviendra à l’université d’été du syndicat patronal français MEDEF ce jeudi, de 10h30 à 11h10, pendant 40 minutes qu’il partage avec deux autres intervenants de cette « keynote spéciale » :Hacina Py, responsable mondiale des Financements Export et des Solutions de Financement à Impact du groupe bancaire Société Générale (présent au Sénégal) et Kamil Senhaji, directeur régional Afrique, Moyen Orient, Asie et Amérique Latine de Galileo Global Education (GGE), également présent au Sénégal où il est propriétaire de la business school ISM. L’animateur de cette session à laquelle participe le président sénégalais est Renaud Girard. Ancien élève de l’Ecole normale supérieure et de l’ENA, Renaud Girard est grand reporter international au Figaro depuis 1984. Comme correspondant de guerre, il a couvert les principaux conflits des 35 dernières années, en Afrique, en Asie, dans les Balkans, au Moyen-Orient. Il est lauréat du prix Louis Hachette et du prix Bayeux des correspondants de guerre. Depuis 2013, il tient la chronique internationale du Figaro, publiée tous les mardis. Il est professeur de stratégie à Sciences po Paris.

Quid du profil détaillé des deux autres débatteurs qui interviendront aux côtés du président Sall ?

Kamil Senhaji, 40 ans est donc directeur régional Afrique, Moyen Orient, Asie et Amérique Latine de Galileo Global Education (GGE). Il est membre du comité exécutif du Groupe et a pour mission de diriger et développer les écoles du Groupe GGE dans les pays émergents. Auparavant, directeur du Développement Afrique du Groupe JCDecaux. Il avait la responsabilité de développer les activités du Groupe sur le continent africain. Il était également directeur au sein du Comité Exécutif JCDecaux Afrique (20 pays et 400 collaborateurs), membre du Conseil d’Administration de JCDecaux Cameroun, Afrique du Sud, Gabon, Côte d’Ivoire, Nigéria… Il a démarré sa carrière en 2005 au Sein de Carlson Wagonlit Travel, leader mondial du voyage d’affaires, avant de rejoindre JCDecaux en 2008.

Hacina Py est ainsi la responsable mondiale des Financements Export à la Société Générale depuis fin 2015. La Société Générale fait partie des banques leaders en financement export et a notamment développé une franchise très forte sur les financements à destination du continent africain, où le groupe a un ancrage historique. Hacina Py a également depuis un an la responsabilité de développer les solutions de finance à impact positif, pour contribuer au financement des objectifs de développement durable et accompagner les clients de la banque dans leur transition. Hacina Py a fait toute sa carrière à la Société Générale, à travers une succession de missions en France et à l’étranger, sur différentes classes d’actifs et de financements structurés.

Il est à noter que plusieurs keynotes spéciales sont prévues pendant cette université d’été du MEDEF.

Fait singulier aussi, le président Sall agit en tout point comme Nicolas Sarkozy, l’ancien président français (2007-2012), qui est le seul autre chef d’Etat en exercice (et président français), alors qu’il dirigeait la France, à avoir participé en personne à une université d’été du MEDEF (NDLR : la Première Dame de Côte d’Ivoire, Dominique Ouattara, avait participé et était intervenue à l’université d’été du MEDEF en 2015).
C’est l’occasion de rappeler que les similitudes de parcours et de profil sont nombreuses entre Sarkozy et Macky Sall. Ils sont de la même génération (né en 1955 pour Sarkozy et né en 1961 pour Macky Sall). Tous les deux ont gagné contre la volonté de leur prédécesseur de les avoir arriver au pouvoir. Tous les deux se sont bien volontiers passé de Premier ministre : Macky Sall en supprimant carrément un poste que Mahammed Boun Abdallah Dionne semblait parti pour occuper jusqu’aux calendes grecques, Sarkozy en maintenant pendant cinq ans comme un garde-frontière la même personne à cette fonction, François Fillon , qu’il qualifiera de (simple) « collaborateur ». Au grand émoi de Fillon, qui a depuis lors quitté la politique, après un baroud d’honneur pour la présidentielle de 2017. Dans le premier tome de ses mémoires récemment parus (Le Temps des Tempêtes), Nicolas Sarkozy confesse d’ailleurs que la seule raison qui l’a empêché de supprimer la fonction de Premier ministre était de ne pas apparaître trop transgressif à l’égard des institutions, ce dont tout le monde le soupçonnait déjà assez.
Alors, Nicolas Sarkozy est-il l’inspiration de Macky Sall et le président Sall le clone de Sarkozy ? La question est posée. Nicolas Sarkozy avait gagné le surnom de « président des riches », lesquels riches Sarkozy ne voulait pas (plus) voir s’exiler de France pour raisons d’optimisation fiscale de leur fortune. Macky Sall devra prendre garde à ne pas récupérer ce surnom aussi, qui pourrait être rallongé, en plus grave : « président des riches multinationales à capitaux majoritairement étrangers ».

Damel Mor Macoumba Seck

Tract