Loin d’Afrique : l’ex-président du Congo Pascal Lissouba est enterré en France

0
130

L’ex-président du Congo-Brazzaville, Pascal Lissouba, a reçu lundi un dernier hommage en France où il est décédé en exil il y a une semaine, ainsi que dans son pays d’origine de la part de ses partisans.

Des dizaines de personnes ont accompagné la famille de l’ancien président congolais (1992-97) lors de la messe en la cathédrale de Perpignan, dans cette région du sud de la France où M. Lissouba est décédé à l’âge de 88 ans. L’ambassadeur du Congo en France a assisté à la cérémonie religieuse à la mémoire de l’opposant au régime de l’actuel président Denis Sassou Nguesso.

Derrière quelques policiers, des Congolais de la diaspora ont accueilli le cercueil recouvert du drapeau aux couleurs du Congo (vert, jaune, rouge) en levant le poing et en chantant. Pascal Lissouba fut le premier président du Congo élu lors d’un scrutin pluraliste en 1992. En 1997, il quitte le pouvoir à l’issue d’une guerre civile contre les forces de l’actuel président Denis Sassou Nguesso, qui était également son prédécesseur.

Le pays avait alors plongé dans la violence pendant la campagne électorale, avec d’un côté les milices de M. Lissouba et celles de son Premier ministre Bernard Kolélas, et, de l’autre, les « Cobras » de M. Sassou Nguesso. Bilan: entre 4.000 et 10.000 morts après plusieurs mois de combats.

Condamné par contumace dans son pays pour crime de guerre, haute trahison et pour « avoir bradé le pétrole congolais », M. Lissouba est finalement amnistié en 2009.

A Brazzaville, une cérémonie d’hommage s’est déroulée au siège de l’UPADS, le parti de M. Lissouba, a constaté un correspondant de l’AFP. Le gouvernement ne s’est pas fait représenter à cette cérémonie marquée par une messe de deux bonnes heures. Le porte-parole du gouvernement Thierry Moungalla avait salué « un homme d’Etat » à l’annonce de son décès. « Nous sommes agréablement honorés par toutes ces marques d’attention des Congolais de tout bord venus individuellement« , a déclaré un sénateur de ce parti, Joseph Yédikissa Dadhié. Une prochaine élection présidentielle doit se tenir début mars 2021 au Congo-Brazzaville.

Agé de 76 ans, le président Sassou Nguesso a été investi dès décembre dernier candidat du Parti congolais du travail (PCT) au pouvoir. Il cumule 35 ans de pouvoir depuis 1979, y compris avec la parenthèse Lissouba de 1992-97.

Suivez et aimez-nous:
fb-share-icon0
Tweet 20