TRIBUNE – « Abdoulaye Wade, 6ème candidat : quelle(s) stratégie(s) ? » (Par Thierno Niang)

0
143

A Dieu nous venons, à Lui nous retournons . Nous marquons le pas pour nous incliner en priant pour le repos de ces quatre dignes vigies de la République tombées au champ de bataille pour honorer leur sacerdoce . Nous avons également une pensée pieuse à l’endroit de ces victimes collatérales, tuées par la prétention aveugle de certains. Toute mort est un trépas de trop, l’argument de la violence est pour les bêtes, sachons raison garder au nom des valeurs intrinsèques qui fondent cette nation. Ces tragédies font poindre dans mon esprit cette fameuse boutade du juge Kéba Mbaye recevant le serment d’un Président ; “les sénégalais sont fatigués” . Ces mots prononcés comme marqueurs de nos maux , trois décennies plus tard retentissent encore. Je les convoque pour juger ce succès fade de la campagne. Le constat est que les populations se démarquent des calculs et autres coups bas entre compagnons d’une fratrie politicienne. L’ambiance électrique qui jadis irriguait la procession des candidats est neutralisée par le découragement empirique d’un peuple avide de lendemains meilleurs loin des mirages . Les rivages de l’espoir s’éloignent, La débrouille est l’unique barque pour naviguer vers un avenir assombri par les engagements répétés mais jamais réalisés.

C’est un secret de polichinelle, les programmes n’accrochent pas surtout quand le diagnostic fait état d’une urgence qui est capillarisée sur tout le corps. Toutefois, une élection est une communion, un rendez-vous qui tétanise les masses pour titiller leurs émotions. Ce talent est l’apanage des hommes charismatiques . L’ancien président du Sénégal, acteur de la première alternance historique de ce Pays, est fait de ce bois. Abdoulaye Wade est un chauffeur de salle, Pour adopter un langage prosaïque . Du haut de ses 94 ans , il garde intact son aura qui insuffle et enfle les foules depuis bientôt 50 ans. Comment l’homme parvient-il à rendre pérenne cette affection à travers le temps? En vérité, le pape du Sopi est une icône renforcée par son âge qui lui confère un statut et le sangle de l’estime séculaire vouée aux patriarches sous nos cieux. Cette posture met le baume au coeur des citoyens qui mettent sous le coude certains errements de l’homme durant son magistère. Son intrusion dans l’arène a bouleversé le tempo électoral. Sa demande non -pertinente de boycott pourra -t-elle chambouler les pronostics ?

Il est fidèle à son statut de Maître, enivré par les bains de foule. Le sixième candidat veut gagner, il va se doter les moyens de son auto-gloire. Dans cette dynamique , jetons un regard sur le rétroviseur, le voeu pieux de Wade fut d’installer sa famille libérale au pouvoir pour 50 ans. L’histoire bégaie et trois de ses fils putatifs qu’il a façonnés s’affrontent sans pitié , pour accéder à la magistrature suprême . Tout un peuple est suspendu à sa démarche , il a réussi à cristalliser les attentions reléguant au second plan les candidats légalement en lice. Sur qui son choix décisif sera t-il porté? Les blessures sont encore béantes après la rupture avec son avocat et fidèle compagnon, auto-proclamé plan alternatif du PDS Me Madické Niang. Le Président Sall décidé à rempiler est sûrement écarté d’office. Il a été le principal artisan de son éviction en 2012 et dans la foulée a brisé ce vieil homme en emprisonnant son fils naguère marchant sur un boulevard bien doré vers le sommet . Alors survient un troisième larron . Et Wade pourrait en rire sous cape.En effet, il est capable de donner la semence fertile à son jardinier pour fleurir son rêve présidentiel antérieur à sa naissance. Idrissa Seck veut s’attirer la caution paternelle à juste titre. Que va t-il proposer en retour pour faire clignoter les beaux yeux de son modèle, routard vacciné, arrivé au crépuscule de son cheminement politique ? Un ultime protocole pour panser définitivement les meurtrissures et redorer le blason d’une famille en rapatriant le frère et le réhabilitant. Ce serait risqué de glisser vers ce terrain, l’avenir proche éclairera notre religion.

Parce que notre Gorgui national, nous a habitués aux revirements spectaculaires il ne faut pas jurer de sa soudaine proximité avec le candidat anti-système qui en passant a édulcoré son discours à l’occasion de collision avec la real-politik complexe au Sénégal. Sonko aussi nourrit le désir ardent de fusionner avec la première entité libérale de notre système.Décidément le pionnier de la démocratie africaine est un phoenix dont l’éternité est une promesse ancrée au paysage politique.

Aux instants saillants, il renaît. Seulement l’heure de la transmission a sonné. C’est une exigence pour le futur de notre landerneau . On attend de voir par quelle magie va t-elle opérer . En attendant , que Les présidentielles du 24 février donnent l’occasion à la jeunesse de marquer de son sceau ce scrutin afin de rappeler aux politiciens que désormais ce Pays se fera de gré ou par la force de nos aspirations.

Thierno Niang

Juriste-Auteur

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Suivez et aimez-nous: